IDYLLE A COLOMBO

 

Paroles Christiné et Poupon                                            Musique Christiné

cupidon2.gif (4172 octets)

1913

                                                                        C'est en débarquant du paquebot,

Certain soir à Colombo

Que son regard se posa sur moi

 

Me causant  un étrange émoi,

Je parlai... elle ne comprit pas

Je la suivis pas à pas

Charmé par son air mystérieux

Et les diamants noirs de ses yeux .

Refrain

Doucement, dans la nuit sombre

Doucement, suivant son ombre,

J'allais dans les rues désertes

Jusqu'à sa porte entr' ouverte,

Lentement sans nulle fièvre,

Lentement cherchant ses lèvres,

Je pris jusqu'au jour

Un long baiser d'amour

2° Couplet

Au lieu de partir le lendemain,

Le soir, je pris le chemin

Qui me ramenait à sa maison

Je pensais :  Je perds la raison !

Ses caresses lentes m'affolaient,

Son baiser m'ensorcelait,

Je jurais de fuir sans la revoir

Mais sitôt que tombait le soir...

Refrain

Doucement, dans la nuit sombre

Doucement, caché dans l'ombre,

J'allais dans les rues désertes

Jusqu'à sa porte entr'ouverte,

Lentement le coeur en fièvre,

Lentement cherchant ses lèvres,

C'était, jusqu'au jour

Un long baiser d'amour

 

3 ° Couplet

Depuis longtemps ce roman banal

Est fini c'était fatal,

Malgré moi j'en garde au fond du coeur

Un souvenir plein de douceur,

Il se peut que j'aime désormais,

Mais je n'oublierai jamais

Colombo, pays mystérieux,

Où, par des soirs silencieux

Refrain

Doucement, dans la nuit sombre,

Doucement, caché dans l'ombre,

J'allais dans les rues désertes

Jusqu'à sa porte entr'ouverte,

Lentement, le coeur en fièvre,

Lentement, cherchant ses lèvres

C'était jusqu'au jour,

Un long baiser d'amour

*

Editions Christiné 33 fg St Martin Paris

 


daisy_button_blue_md_wht.gif (12708 octets) Retour accueil