JULES et MOI

 

répertoire POLIN,  polin- 1.jpg (9325 octets)

chanson créée à la scala

Hommage à Charlus

 

Paroles H.Poupon                                                                                    Musique Christiné

 

***

MARCHE

On s'était connu à deux mois

Sur les seins doux d'un' nourric' sèche

Lui avait l'gauche, moi le droit

Et dépêch' toi que j'me dépêche

Depuis on a grandi tous deux

Ensemble on est allé en classe

Et c'que l'un fait, faut qu' l'autr' le fasse

On s'est jamais quitté d'un ch'veu !

Parlé : " Ah ! ça c'est vrai,on n'a jamais pu se séparer; il est vrai qu'il y avait des raisons pour ça.Oui !...sa mère l'avait eu avec mon père, n'est-ce pas ? Alors on était presque parents...pas vrai ? Ah ! fallait voir si on était beau tous les deux quand on était petit.Et puis, on était vadrouilleur, on était espiègle.On passait sa vie à se faire titer les oreilles.Vous pensez....Il s'appelle Jules et moi Thomas, ce sont des noms prédestinés.On allait à la même école, on avait presque la même place, lui était le premier, moi... l' dernier, mais on sortait à la même heure.On habitait la même maison, on couchait dans le même lit, nos parents vivaient en famille. Et puis le soir, de temps en temps on faisait des escapades.Ainsi tenez, la nuit quand ma mère et son père étaient couchés et puis que sa mère et mon père aussi

Fallait nous voir

Quand y f'sait noir

Presque chaqu' soir

Quittant l'dortoir.

refrain

Jul's et moi, tout doucement dans l'escalier

Jul's et moi, à la main t'nant nos souliers

On s'disait tout bas : pourvu qu'ça n'soit pas un' sale affaire

Qu'on s'f ich' pas le gueul' par terr'

Jul's et moi ouvrant la porte en douceur

Jul's et moi nous nagions dans le bonheur

Le coeur en émoi

Sans élever la voix

On marchait, moi et Jul's, Jul's et moi.

 

2° Couplet

Lorsque nous avons eu vingt ans

Avec Julot mon camarade

On  nous mit dans l'mêm' régiment

Même escadron et même escouade

Or voyant qu'on n'se lâchait pas

Pas même' pour faire les corvées,

On nous surnommait dans l'armée :

Les soldats : Rosa-Josépha.

Parlé : Ah ! Le fait est qu'on se ressemble comme deux jumeaux.L'adjudant nous mélange continuellement; même que lorsqu'un de nous

fait une blague, de peur de se tromper, il nous punit tous les deux.C'est charmant! qu'est-ce que vous voulez...On ne nous voit jamais l'un sans l'autre.Il mange dans ma gamelle, moi je me débarbouille dans la sienne...il astique...mon fourbi, moi...j'astique le sien...on se prête la main , quoi ! Et, comme il n'a pas le sou et moi non plus, on met tout ensemble et puis...on partage..il n'y a qu' une seule chose qui peut nous faire reconnaître...C'est qu'il est meiux monté que moi...il a un cheval tout ce qu'il y a de chic, tandis que moi...mon cheval c'est un mulet.Alors là, y a pas de confusion possible.Et ben !...allez on a beau pas avoir d'argent, mais on rigole bien tout de même!...

Fallait nous voir

Encor hier soir

Quittant l'dortoir

Quand y f'sait noir ( au refrain )

 

3° Couplet

Or, dernièr'ment, y a d'ça trois jours,

Dans un' de nos foll's chevauchées,

Nous eûmes une histoir' d'amour

Qui vaut la pein' d'êtr' racontée,

Un p'tit bijou bien fagoté

Un 'femm' très chic, pas d'l a cam'lotte !

Gaîment me proposant la botte;

M'dit : " J'suis bottée par ta beauté.

Parlé : Oui, figurez-vous qu'en s'adressant à moi elle me dit : Si tu voulais...on...alors moi j'ai répondu:

- J'veux bien me sacrifier à toi, mais à une condition; c'est que tu inviteras aussi mon copain parce que nous...on est comme qui dirait, les frères siamois de l'amour, on ne se sépare jamais...Elle voulait pas le croire, attendu qu'elle voyait pas la membrane; mais on y a promis d'y faire voir, alors elle a dit : ça colle !...Sur ce on est entré chez elle, on a grimpé quelques étages...sept ou huit...et quand nous sommes arrivés devant la porte de sa chambre, elle s'est écriée : Misères huamines !...Je vois de la lumière, mon mari est déjà rentré; Je ne puis pas vous recevoir...Comment allons-nous faire ? ...Alors, nous autres qui ne voulions pas avoir monté seize étages à tous les deux pour rien du tout, on y a répondu : Ca ..c'est un détail, si la chambre est occupée.Nous autres on n'est pas des princes, on est habitué à la dure..vous devez l'être tant soit peu aussi...en tous les cas vous vous y ferez et ma foi, à la guerre comme à la guerre.Ici on n'est peut-être pas si bien qu'à l'Elysée; Mais ce sera tout de même plus commode que sur un paratonnerre !

L'oeil polisson

Ell' dit " c'est bon ! "

Alors d'un bond

Sans plus d'façon ( au refrain )

****

Edition christiné copyright 1912 in the United States of America by Christiné

daisy_button_blue_md_wht.gif (12708 octets)Accueil