gareanc.jpg (10119 octets)

EN GARE DE MARMANDE

Elucubration littéraire créée par Fortugé

Tango

Paroles H.Poupon Musique B.Poupon

1922

 

  Ils s'étaient rencontrés en gare de Marmande

Parce que le bon Dieu l'avait voulu ainsi

Sans doute ils auraient pu, puisque la terre est grande

Se rencontrer ailleurs, même au besoin ici

Lui c'était un dragon des hussards de la classe

Elle était organiste au Mess des sous préfets

Or comme ils voulaient pas à Dieu faire une crasse

En gare de Marmande ils s'étaient rencontrés

Le buffet était plein, le chef de gare aussi

Et devant le guichet, il lui chanta ceci:

  REFRAIN

Je serai ton amant

Tu seras ma maîtresse

Tu seras ma maîtresse

je serai ton amant

Nous coucherons ensemble malgré tous nos parents

De ta photographie

j'en ferai une image

J'en ferai une image

De ta photographie

Et je mettrai autour plein de reconnaissance

Le Drapeau de la France

 

2° Couplet

Bien qu'ils fussent tous deux, orphelins de naissance

Avant de s'rencontrer, ils ne s'connaissaient pas

C'est ce qui leur permit de faire connaissance

Ca n'a p't'êtr' l'air de rien; mais c'est à cause de ça

Parce que malgré tout, ce qu'on dit et c'qu'on pense

On n'fait pas connaissanc' quand on s'connaît déjà

Ou alors ça devient de la reconnaissance

Et la reconnaissanc' personn' ne connaît ça

Bref maintenant certain de la connaître en plein

Le képi à la main, il chanta ce refrain :

au refrain

 

Elle avait un billet pour Bayonne il me semble

Lui, un ticket de quai pour Brest aller retour

Or, s'étant bien jurés de faire la route ensemble

Ils montèrent tous deux dans l'express de Strasbourg

Elle dans un sleeping, en tête avait pris place

Quant à lui militaire au règlement contraint

Attendu qu'il était soldat de deuzièm'classe

Monta dans les secondes à l'arrière du train

Et transporté d'amour sitôt l'express parti

La tête à la portière il lui chanta ceci :

au refrain

 

3° Couplet

Leur joli rêve hélas ne fut qu'un songe, un leurre,

Car les songes ne sont que de beaux rêves bleus

Un taxi Citroën lancé à 15 à l'heure

Au passage à niveau coupa leur train en deux.

La première moitié de l'express, effrayante

Continua sa course à travers les vallons

Et comme ça s'passait en haut d'une descente

L'autre moitié du train partit à reculons

Et le mécanicien devenu fou soudain

Au chauffeur du taxi fredonna ce refrain

 

  Dernier refrain

  Je serai ton amant

Tu seras ma maîtresse

Tu seras ma maîtresse

je serai ton amant

Nous coucherons ensemble malgré cet accident

De ta locomotive

J'en ferai une ombrelle

J'en ferai une ombrelle

De ta locomotive

Et je mettrai autour plein de reconnaissance

Le Drapeau de la France

 

 

Texte soumis aux droits d'auteur © Editions Jean Allard

Réservé à un usage privé ou éducatif

                                                                    daisy_button_blue_md_wht.gif (12708 octets)Accueil             bouton_musique.gif (1074 octets)  Liste oeuvres N°1