fle2.gif (2856 octets)Retour

 

Ecouter

Collin, Colline

paroles H.Poupon et G.Monge Musique Vincent Puget

1910

 

collin2.jpg (35674 octets)

Editions Mayol/Salabert

Chanson interprétée par Tramel tramel.jpg (2040 octets) au Concert Mayol et par Senga aux " Folies Bergères "

 

                  Enregistrée pc059.gif (5425 octets) par Montel en  1911 ...  ecoute.jpg (1669 octets) écouter en haut de la page

et par Charlus en 1912

 

Lui, on l'appelait Collin,

Elle on l'appelait Colline,

Il était né orphelin,

Elle était née orpheline,

Lui était marchand d'raisin,

Elle , elle vendait d'la résine,

Comme il était son voisin,

Elle, elle était sa voisine.

 

Lui s'amouracha soudain,

Elle l'adora en sourdine,

Et contents de leur chopin,

Ils burent quelques  chopines,

Elle avait l' rire argentin,

Lui  était de l'Argentine,

Elle l'aima pour son beau teint,

Lui l'aima pour ses bottines.

 

Hélas ! elle était sans gain,

Lui avait la dans' sanguine

Un soir autour d'un bassin,

Ell' lui dit : tu me bassines

Pour t'guérir prends mes deux seins

C'est la meilleure médecine,

Ell' l' app'la son mandarin

Lui p'lota ses mandarines

( cette strophe en italique n'a pas été enregistrée )

 

Bref leur  fol amour devint,

d'plus en plus fou,  ça s' devine,

Mais l'pauvr' gars quel pétrin,

S'en allait de la pétrine.

Sur terre tout a une fin,

Même les choses les plus fines,

A force d'user d' son engin,

Il attrapa une angine.

 

Or , certain soir au serein,

Il lui dit " tu m' serines,

J'ai bien sondé ton  terrain,

j'ai soupé de ta terrine "

Maint'nant pour noyer l'chagrin,

Dans leurs deux âmes chagrines,

Lui , prend des bourgeons de sapin

Elle, des bourgeons !!! d'aubépine.

 

L'histoire du petit Collin,

Prouve qu' avec les Collines,

Faut toujours être malin,

Car les femmes sont malines,

Si  comme de bons pèlerins,

On marche sans ... pèlerine,

On attrappe des  machins,

Qui vous piquent à la machine.

 

daisy_button_blue_md_wht.gif (12708 octets) Accueil